VILA Ernest Joseph Marie

Né le 7 juillet 1898 à Auch (Gers)

Décédé le 21 décembre 1950 à Auch (Gers)

 

Titulaire du Brevet supérieur pour l'Enseignement primaire, obtenu à l'Ecole normale d'Auch le 28 mars 1917, il s'engage peu après au 14ème Rl de Toulouse.

Au Front, il est cité à l'ordre du Régiment, puis du Corps d'Armée pour sa conduite exemplaire au feu.

Revenu à la vie civile, il est nommé instituteur à Saint-CIar. A la veille de la guerre de 1939, il exerce ses fonctions à l'École d'Application de la rue de Metz à Auch.

VILA a formé avec MAUROUX et DAUBEZE, le premier noyau de Résistance àAuch et dans le Gers, affilié au mouvement "Liberté", fondé par François DE MENTHON. Les consignes d'action données par la feuille clandestine de même nom sont suivies. Grand sportif, VILA et quelques prosélytes tracent de nuit, à la craie, des "V" surmontés de la croix de Lorraine, sur les murs des bâtiments publics, les boîtes aux lettres, les poubelles.

En novembre 1941, il fait partie de l'équipe qui doit réceptionner un parachutage prévu à Saint-Jean-le-Comtal mais l'avion est vainement attendu.

Son appartenance à la loge maçonnique "Les Cadets de Gascogne" d'Auch, qui le compte parmi ses dignitaires, étant découverte, VILA est révoqué en décembre 1941 de l'Enseignement. Il trouve alors à s'employer, comme administratif, à la carrosserie DUBOSC, route d'Agen à Auch. C'est là qu'il reçoit les délégués cantonaux de l'organisation "Combat" qui a pris la suite de "Liberté".

L'invasion de la Z.L. par les Allemands, le il novembre 1942, détermine VILA àchoisir la clandestinité d'autant qu'à mi-année, la Direction régionale de "Combat" l'a désigné comme chef départemental du mouvement. Il devient l'hôte à ce moment-là d'Alexandre BAURENS à Beaucaire sur Baïse, agriculteur à "la Tuilerie", d'où il va désormais diriger la Résistance gersoise, devenue les M.U.R. (Mouvements Unis de la Résistance) grâce à un réseau d'agents de liaison dont le gendarme révoqué THOS. Il y reçoit régulièrement la visite de Jean BOURREC, resté en fonction à Auch, en fait la cheville ouvrière du mouvement de par sa qualité de secrétaire général des M.U.R. Pour l'ensemble des résistants, VILA est "VANNIER", qui signe les notes les plus importantes et prend les décisions engageant la Résistance.

La Police allemande ayant fait des coupes sombres dans les organisations de Résistance en novembre et décembre 1943 et sa résidence du moment risquant d'être repérée par la Milice, VILA doit trouver un autre logeur. Il apparaît, d'autre part, du fait des grands événements qui se préparent, que son rapprochement d'Auch est nécessaire. Vers le 10 février 1944, il s'en vient à Pessan, chez Auguste SEMPE tout en se rendant périodiquement à Auch pour rencontrer les responsables des services, Il n'est pas touché par la rafle du 10 mars 1944 mais doit procéder à une nouvelle répartition des fonctions.

Il lui appartient de mettre sur pied le futur Comité Départemental de Libération, avec la participation des responsables politiques et syndicaux, en conformité des statuts arrêtés par le Conseil National de la Résistance le 25 mars 1944.

Le 23 mai 1944, il informe M. DECHRISTE de sa nomination comme Préfet du Gers à la Libération du département. Il procède par ailleurs aux nominations des chefs militaires qui entreront en action lors du débarquement allié. Lorsque celui-ci a lieu, le 6juin 1944, et de jour en jour, VILA voit son autorité renforcée alors que le pouvoir vichyste chancelle. Le 8 août 1944, il préside la première réunion du Comité Départemental de la Libération au Château de "La Trouquette" à Pessan.

Les événements se précipitant, il s'oppose à l'ordre donné par le commandement régional FFI d'attaquer les Allemands dans la place d'Auch et arrête avec le chef départemental LESUR un plan d'investissement de la ville qui n'aura d'ailleurs pas à être exécuté car les Allemands partent d'eux-mêmes le samedi 19 août après-midi.

Dans la nuit qui suit, il signifie au Préfet de Vichy, Pierre CAUMONT, sa destitution.

La légalité républicaine rétablie, VILA continue d'assurer la présidence du CDL jusqu'au remplacement de celui-ci par le Conseil Général, issu des élection des 23 et 30 septembre 1945. Il a été réintégré symboliquement comme instituteur à l'Ecole de la rue de Metz le 2 octobre 1944 et promu à la classe exceptionnelle de l'emploi. Mais en avril 1946, tout en continuant de dépendre de l'Education Nationale, il est nommé en qualité d'inspecteur de l'Education Physique et des Sports à la Direction départementale du Gers. Il en devient peu après le chef de service.

Membre du Parti socialiste S.F.l.O. avant guerre, mais sans activité réelle, VILA avait donné son adhésion au Parti communiste au cours d'une réunion publique tenue le 14 mai 1946 au théâtre municipal d'Auch, "convaincu de mieux servir la République et la France".

 

RETOUR AU SOMMAIRE