DE NEUCHEZE Robert Jean-Marie

Né le 31 mars 1904 à Paris 4ème

Mort pour la France le 9 septembre 1944 à Fontaine-La Mère (S et L)

 

Saint-Cyrien, Promotion 1925-1927 "Maroc et Syrie". Il commande, lors de la campagne de France en mai-juin 1940, le premier groupe franc motorisé de cavalerie. 

Affecté au 2ème Régiment de Dragons dans l'Armée d'Armistice, en garnison à Auch àpartir de septembre 1940, le Capitaine DE NEUCHEZE a en charge le camouflage de matériel militaire, soustrait au contrôle des Commission d'Armistice. Il s'occupe également de la Mobilisation secrète, entreprise souterraine qui doit permettre de doubler, voire tripler, les effectifs disponibles pour soutenir un débarquement allié prévisible à terme.

 

Le 2éme Dragons étant dissous le 28 novembre 1942, il est chargé par le colonel SCHLESSER d'organiser la Résistance militaire dans le Gers tout en assurant les départs en A.F.N. via l'Espagne.

Sous la couverture d'inspecteur adjoint des Eaux-et-Forêts, il parcourt le département à la recherche de contacts pour la mise sur pied de l'organisation clandestine en liaison avec les représentants de l'Armée Secrète, la formation militaire de "Combat".

Il devient alors le chef des forces armées du Gers. Mais début juin 1943, considéré comme " brûlé ", il doit quitter son commandement qu'il passe à son adjoint le Capitaine de réserve TERMIGNON. Il tente de franchir la frontière espagnole par Perpignan, mais est arrêté, vendu par le passeur. Transféré à Compiègne, puis à l'hôpital du Val-de-Grâce à Paris le 13 août 1943, du fait de son état de santé, il s'en évade et finit par se réfugier à Toulouse. C'est là que lui est confiée la mission de ramener l'étendard du 2éme Dragons (jusqu'alors camouflé dans le Gers), le régiment se reconstituant en Afrique du Nord. Le 29 septembre 1943, à Ramatuelle (Var) par une nuit sans lune, DE NEUCHEZE embarque à bord du sous-marin "L'Aréthuse", le corps drapé de l'étendard 36 heures après, il est à Alger. Il est réincorporé au 2ème Dragons, qui devient régiment de chasseurs de chars, équipé de matériel américain et débarque à Sainte-Maxime (Var) le 30 août 1944. Ses escadrons sont engagés aux approches d'Autun (Saône-et-Loire) contre une forte colonne allemande se repliant du Sud-Ouest en direction de Dijon ils coopèrent de manière décisive avec les F.F.I. dont le Corps Franc POMMIES parti de Toulouse. Le commandant DE NEUCHEZE a la surprise de découvrir cette formation de la Résistance qui était en grande partie son oeuvre dans le Gers. C'est au cours d'une opération combinée avec deux compagnies du C.F.P. qu'il trouve la mort le 9 septembre 1944, au carrefour de Fontaine-La Mère (16 km S.0. d'Autun) à bord du char "Notre Dame de Paris".

 

RETOUR AU SOMMAIRE